Jésus m’aime

5 Oct
PAR: MARILOU-GAROU

 

Midi, le métro.
Les portes du wagon s’ouvrent, j’entre. Ce n’est pas si bondé, tant mieux. Un homme, seul, je le vois sans le voir, ne m’assois pas en face, par réflexe. J’ai la tête ailleurs.

-Hey. Hey. Hey, miss. Miss!

Je réalise que je suis interpellée. Je sens d’autres têtes se retourner en même temps que la mienne, des yeux qui le regardent, me regardent, regardent ailleurs, soulagés de ne pas êtres concernés.
L’homme me parle. Je ne comprends pas tout ce qu’il dit, je n’essaie pas de comprendre, j’ai l’habitude de ces hommes seuls et un peu étranges qui vous parlent sans trop de cohérence. C’est peut-être la fatigue, mais mon regard oublie d’être dur avant de se détourner. Je cherche machinalement de quoi m’occuper les mains dans mon sac.

-Thank you for listening to me.

La phrase est sincère, presque naïve, reconnaît poliment une fin.
Mes mains arrêtent de fouiller, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai envie de sourire, alors je lui souris.

-See, you’re smiling now. Money isn’t everything, you know. See, if I was a bum, you would tell me to get out. But you’re smiling now, that’s why I know money isn’t everything.

Il continue de parler et je le regarde doucement, sans comprendre la moitié du charabia qu’il me récite maladroitement. Toujours sans comprendre pourquoi, je continue de sourire.

-Friendship is the best ship there is, you know? I know. Thank you for listening to me.

C’est étrange, j’ai l’impression qu’en ce moment, il a besoin de me le dire, et j’ai besoin de l’entendre. Je le regarde encore, et j’ai l’impression vague qu’il n’est pas l’homme seul et un peu étrange que je croyais qu’il était, sans que je puisse dire pourquoi.

-I may be crippled, but I’m not crazy, you know.

Il me demande s’il peut s’asseoir plus près, je ne réfléchis pas, je lui dis oui, il s’approche en boitant, sans envahir, pas trop près, juste plus près.

-You know what? Jesus loves me. And he loves you too. That’s why I can’t do bad things. Because friendship gets you everything  and money doesn’t get you everything, you know. I know.

Le train ralentit, c’est ma station, je lui dis.

-Okay. Thank you for listening to me. Buh bye.

Je sors,  tourne la tête vers la fenêtre du wagon, je le vois répéter sa dernière phrase sincèrement, presque naïvement, reconnaissant poliment la fin.

Peut-être que je devrais oublier mon regard dur plus souvent, peut-être que je ne devrais pas me laisser tracasser par mes problèmes d’argent.

C’est vrai que j’ai des bons amis, vous savez. Je le sais.

Publicités

3 Réponses to “Jésus m’aime”

  1. Marjorie 5 octobre 2010 à 23:39 #

    Je vais oublier mon regard dur la prochaine fois moi aussi. Promis! Quel joli texte…

  2. mouette 6 octobre 2010 à 19:48 #

    Merci pour ce beau texte qui m’a ramener sur terre ce soir….vive l’amitié.

  3. mel 3 novembre 2010 à 23:21 #

    C’est vrai que c’est un beau texte qui redonne espoir en la race humaine! J’aime!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :