Ça va bien

16 Jan
En attendant Gaudreault précédé de Ta yeule Kathleen. Texte et mise en scène : Sébastien David. Décor et costumes : Anne-Marie Bérubé. Éclairages : Catherine Comeau. Composition musicale : Thierry Gauthier. Avec Sébastien David, Frédéric Côté et Marie-Hélène Gosselin. Une création du Collectif En Attendant, présentée à la salle Jean-Claude-Germain du Théâtre d’Aujourd’hui du 11 au 29 janvier 2011.

 

Vous savez, ce moment où un orchestre s’accorde?  Celui, juste avant la convention d’un concert, où les musiciens entrent en scène le plus machinalement du monde, comme coupés de l’attention du public, hors du temps, et où, chacun pour soi, ils posent des gestes assurés, mille fois répétés, créant une rumeur, une musique sans en être une. Ici, une note s’élève en flèche, là, quelques instruments se réunissent pour créer une harmonie spontanée et éphémère, puis, lentement, tous s’accordent pour se taire.

C’est un moment banal et, en général, les membres du public n’arrêtent pas de parler au voisin pour autant, attendant le signe convenu, le moment où les instruments se tairont et où les musiciens se redresseront cérémonieusement. Pourtant, pendant tout le concert, mon attention ne sera jamais aussi complète qu’à cet instant, juste avant la musique.

Je crois que c’est la même partie de moi qui a vibré, hier soir, devant Ta yeule Kathleen et En attendant Gaudreault. Je suis ressortie de la salle Jean-Claude-Germain gonflée par ce même genre de fascination, en ayant envie de conseiller à tout le monde d’aller voir, d’aller entendre, d’aller vivre l’expérience. Pas parce que j’avais assisté à un concert grandiose, mais parce que j’avais l’impression d’avoir été témoin d’un théâtre qui s’accorde, qui s’harmonise, qui s’écoute et se tait.

Comme dans une expérience de déjà vu –vous savez, quand, soudainement, on sent que les éléments qui nous entourent se placent, un à un, et que soudainement c’est ça, on ne sait pas ce que c’est, mais c’est ça— des détails de la mise en scène, soudainement, se placent, s’accordent. Un dialogue entre bruit et voix. Le rythme ciselé d’une phrase. Un silence partagé. Un mouvement esquissé. Une tension non dite. Un détail, minime, décoché comme une flèche, qui s’élève, vise juste, fait vibrer la bonne corde, et soudainement c’est ça, c’est vraiment ça.

Il y a quelque chose d’atypique, d’étrangement «athéâtral» dans cette création du Collectif En Attendant. Exit le ton théâtral normatif et appuyé, exit les abysses de la psychologie, le sens du spectaculaire. Dans cette mise en scène de l’immobilité, chaque détail vibre, grésille comme de la statique. La psychologie et la théâtralité surgissent là où elles semblent absentes, dans un geste répété comme un disque saute, un silence parfaitement trop long ou l’écoute solennelle d’une interminable chanson.

Malgré l’imprécision du rythme des toutes premières minutes de Ta yeule Kathleen et la souvent palpable lutte des interprètes contre les rouages habituels de l’interprétation, le travail de composition de l’oeuvre est d’une surprenante précision. Le texte —la langue québécoise— y est façonné comme un matériau palpable, éminemment théâtral, tissé de rythme, de souffles, de silences et d’harmonies.  Un travail intelligent qui brosse un portrait des années ’90 dans tout ce qu’elles ont de plus simple, de plus terne, de plus cheap. Portrait tout aussi lucide que nécessaire, pour une époque encore trop près de la dernière décennie du XXe siècle pour oser librement en faire l’autopsie.

Belle surprise, donc, dans un contexte théâtral qui me surprend trop peu souvent, et j’ai hâte d’en découvrir plus de la part de Sébastien David. Je n’ai pas du tout envie de vous en dévoiler plus, et loin de moi l’idée d’avoir le dernier mot. Je préfère laisser cette création se dévoiler à vous. Soyez-y, puis ouvrons le dialogue.

 

__________________
Billetterie du théâtre d’Aujourd’hui: 514-282-3900

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :