Tag Archives: hiver

Philippe B. mon amour

25 Fév

L’hiver a été bipolaire, cette année. Up and down and re-up and redoux. Le temps que tu retrouves tes patins dans le garde-robe, la glace était toute fondue, le temps que tu ressortes tes espadrilles, ton balcon était enseveli sous un mètre de neige.

J’aime toutes les saisons. Mais je les aime INTENSES. J’aime quand on se les gèle l’hiver, quand y’a de la neige jusqu’aux panneaux « Arrêt », j’aime quand le printemps pue pis que la ruelle est une rivière, j’aime quand l’été te donne envie de te pitcher dans la fontaine du carré Saint-Louis totalement à poil.

Faque là, j’ai trouvé que l’hiver s’assumait pas ben ben. Pis ça m’a fâchée.

UNE CHANCE que Philippe B. était là, dans mon iPod, toujours prêt. Je ne suis pas du genre à avoir des playlists. Moi, je mets mon iPod sur shuffle pis je skippe autant que je veux. Cet hiver, j’ai skippé quasiment tout sauf les dix tounes de Taxidermie.

L’album n’est pas nouveau, il date de 2008, mais il contient tous les ingrédients qui ont été nécéssaires à ma survivance pendant l’hiver 2010-2011. Comme un chandail de laine vraiment chaud que tu retrouves au mois de janvier puis qui est redevenu à la mode. Ou bedon un cinq piastres que t’avais laissé dans ton manteau d’hiver. Ou bedon comme coller tes pieds frettes sur le ventre de ton chat pis que ça le dérange pas.  Une espèce de réconfortante mélancolie, un road movie intérieur, une bulle tiède.

La développement lent des chansons, la poésie douce mais franche, le côté paysage qui défile, le côté « il-pleut-mais-c’est-pas-ben-grave-check-le-gros-corbeau-sur-la-corde-à-linge », tout ça, ça m’a pimpé l’hiver.

La musique allait autant avec le métro qui repart quand tu es dans le dernier wagon et que tu vois toute la station défiler rapidement et les gens flous sur les quais, qu’avec mes pieds qui évitent les craques de trottoir, les plaques de glace, les flaques.

Merci d’exister, Philippe B.

Ci-dessous, son vidéoclip Je n’irai pas à Bilbao, featuring Denis « Homme du futur » Houle lui-même.

Publicités

Moi, femme nordique

20 Jan
PAR: PARENTHÉSÉE

 

J’aime l’hiver. Bon, nos poètes et nos chansonniers le disent que le Québec c’est l’hiver, que c’est froid, que leurs vitres sont des jardins de givre, mais moi je le dis: J’ADOOOORE l’hiver. Les longs mois d’hiver, je les aime tous. Du premier flocon au dernier, je suis charmée par la blancheur du paysage, le froid sur les joues, les oreilles en feu en rentrant dans le métro, le nez qui coule, les bourrasques et le bip-bip des déneigeuses tard le soir. Il y a aussi la sloche, les escaliers à déneiger, les orteils gelés en attendant l’autobus et la chaleur «saunaesque» sous mon manteau à l’heure de pointe dans le métro, mais ce n’est rien face à la joie de voir la neige tomber, de savoir que chaque flocon est différent et de tirer la langue pour tenter d’en attraper un (oui, même quand il y a des gens autour).  Alors des idées comme le Igloofest je suis pour, mais à 100 000%! Oui, je sais ce n’est pas très «hip» de ma part d’en faire la découverte cette année, mais mieux vaut tard que jamais et s’il y en entre vous qui n’y êtes jamais allés je vous le recommande froidement (non mais euuh, j’étais pas pour dire chaudement ein). Vous serez réchauffés par la foule de gens qui se presse et se tortille devant le DJ les feux de poubelle (vous pouvez apporter vos guimauves!) et je vous défie de ne pas penser à licher les sculptures de glace (faut pas le faire pour vrai les copains). Sur ce, je vous souhaite de beaux prochains mois d’hiver.

%d blogueurs aiment cette page :