Tag Archives: proust

Dans le fond, Proust, c’est…

9 Oct
PAR: SOF LA TOF

 

Dans le cadre d’un fantastique cours où Pleurotte et moi devons nous taper les 2400 pages que composent La Recherche du Temps Perdu de Marcel Proust, nous avons appris à démystifier la poétique proustienne à sa plus simple expression.

Dans une volonté tout à fait pédagogique de mettre à profit mon bacc en littérature (qui jusqu’ici s’est démontré d’une utilité étrangement nulle), je me fais aujourd’hui la vulgarisatrice tant rêvée pour vous, lecteurs du dimanche et autres avides-de-culture-qui-n’ont-malheureusement-aucun-temps-à-y-consacrer. À coup de suggestions littéraires et de passe-droits intellectuels, je serai votre indéniable référence pour parler de tous ces livres que vous n’avez jamais lu et que vous ne lirez jamais.

Proust, disais-je. Proust, c’est le roi de la métaphore sensorielle. C’est quoi une métaphore sensorielle? Faisons un petit exercice.

Prenez un disque que vous avez rangé depuis longtemps, mais que vous avez écouté sur « repeat » pendant un bon mois à un moment crucial de votre vie.

Mettez-le.

Laissez-vous envahir par cette émotion indescriptible, mais pourtant si forte et réelle qu’il vous rappelle. Laissez revenir à vous les pensées que vous aviez lors de l’écoute, celles qui vous paraissent aujourd’hui bien futiles, maintenant que vous être teeeellement plus mature. Vous êtes enveloppé, transporté, incarné par une sensation – qui n’a plus rien à voir avec les paroles ou la musique même que vous entendez.

Ça, c’est (entre autres) Proust. Revivre par un simple sens – le goût de la Madeleine trempée dans le thé ou l’écoute d’un cd trop souvent joué – non pas un souvenir, mais une émotion, un plaisir, un désir.

Ultimement, le but serait d’avoir une illumination et de comprendre par cette sensation une grande vérité de l’existence, mais je ne veux surtout pas vous voler le punch des 200 dernières pages, donc je m’arrêterai ici…

************

Oh et, je prends les suggestions pour les prochains billets littéraires. Balzac? Kundera? Ducharme? Twilight?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :